31/03/2011

Derniers mois

Les soirees sont douces, de plus en plus, apres le travail, je marche une partie de mon trajet de retour. C'est agréable.
Il faudrait que je pense a amener des chaussures de marche, pour pouvoir rentrer a pied comme il y a une semaine. En passant par Westbourne Grove, St John's Wood, et puis  Regent's Park.
J'aime definitivement bien travailler dans l'ouest de Londres.
C'est calme, propre et bien construit.

Je me remémore  cette même époque l'année dernière avec un frisson.

Après plusieurs semaines de harcelement moral au travail , mon corps ne suivait plus.
Je n'avait plus d'energie pour faire du sport et ma peau trahissait mon stress, moi qui n'avait jamais souffert d'eczema.
Et puis je dormais beaucoup. Sans raison et a toute heure. Apres le travail surtout.

Dans quinze jours, on m'annoncerait sans preambule la fin de mon contrat.

C'est drole, parfois quand les choses vont mal, on ne se rend compte de leur impact sur nous qu'apres tres longtemps.
Mais je crois que j'ai repris le dessus. Au travail, j'ai moins peur des responsabilites.
Apres ce contrat je pense que je pourrai reprendre un role plus dominant.
Je profite de ces derniers mois dans la Compagnie.
Tres bientot les equipes vont migrer a Manchester. Et ceux qui ont choisi de rester seront dissemines dans d'autres departement, ou partiront.

Moi je considere tout cela avec serenite.



30/03/2011

Exhalation

Et puis comme ca d'un coup, ca va mieux.
Depuis deux semaines, le printemps a commencé a s'installer sur la ville. Sentir ces rayons de soleil sur mes yeux fermés. Inestimable.

Et puis j'ai fait une belle rencontre.
Un nouvel ami, peut-etre. Une bouffée d'oxygene pour mon quotidien en tout cas.

Enfin je réalise que j'ai besoin de certaines choses au quotidien pour me sentir bien.
Et l'une d'entre elle, c'est aussi de lire de la philosphie.
Confucius, Gibran, de belles découvertes.

Je vais rester dans la Compagnie pour encore 3 mois.
C'est tres bien pour moi.
Apres cela ce sera l'été, et je vais prendre un pause.

03/03/2011

Suspens

En ce moment je me projette tellement dans le futur que mon present est comme un spectacle auquel je participe machinalement.

Je ne suis plus vraiment la.

Je ne deteste pas mon present pourtant.
J'aime bien mon travail. J'aime beaucoup la compagnie.
Un nouveau chef de projet s'est installe en face de moi.
Il essaie d'utiliser ses notions de francais pour entrer dans mes faveurs.
En realite ses yeux m'evoquent ceux d'un boa constrictor.
Mais cela meme m'indiffere.

Je sors un peu. Je fais de plus en plus de sport.
Je reviens d'un week-end a Barcelone.
Qui etait vraiment bien.

Une chape de plomb est etendue sur la ville.
La lumiere se fait rare.

J'attends l'ete.

05/02/2011

Retour sur la plage de Nova Icaria

 

novaicaria.jpg

 

Aujourd'hui j'ai vraiment du me forcer a sortir.
Pourtant mon corps réclamait de l'exercice. Il réclamait un seance de piscine, ou une course a pied. Ou une balade en vélo.
Mais en allant chercher les croissants le matin j'ai été prise d'assaut par l’humidité de l'air et le ciel tres bas. Et le vent froid qui vraiment n'arrangais rien.

J'ai quand meme fini trouver le courage d'affronter l'exterieur, parce que je n'arrivais decidement pas a me rechauffer,meme avec le chauffage.
J'ai fait le tour de Regent's Park, en marchant vite et je me suis sentie mieux. Beaucoup mieux.

Je me rappelle mes week-ends d'hiver a Barcelone.
Je sortais souvent le soir avec les mexicains, dans une boite de leur choix: sur la plage, au CDLC ou au Baja beach (maintenant Opium Mar) ou bien dans les quartiers chics, au nord de l'avenue Diagonale.

La journée, j'etais souvent seule.
Je descendais prendre un 'Bicing' en bas de ma belle rue de mon quartier de l'Eixample.
Je me laissais aller presque en roue libre jusqu'au Raval, mon quartier préféré.
Si il y avait du soleil je m’arrêtais un moment, pour profiter des rayons d'hiver et regarder les beaux skaters de l'esplanade du musée d'arts moderne.
Et puis je continuais ma descente jusqu’à la plage, en passant par la tranquille Rambla del Raval.
Je pédalais le plus vite possible, en regardant la mer, jusqu'a la Barceloneta.
Cette luminosité, ce ciel bleu alors que je remplissais mes poumons d'air marin, c’était juste parfait..

Et je continuais, en zigzagant entre les promeneurs, les chiens et les enfants, jusqu'a la plage de Nova Icaria.
Je m’arrêtais a nouveau et la je me remémorais mon parcours. Ma toute premiere visite de la ville en mai 2007, et puis le grand chamboulement, l’arrivée a la fin de l’été.

Mes nouveaux amis d'amerique du sud, les sorties, les belles découverte de la ville..le Tibidabo, Gracia, les bodegas du Raval, Diagonal Mar, le marché de Santa Caterina..
Et puis cette solitude qui malgré mes nombreuses connaissances, ne me quittait pas.
Une grande solitude morale dans une si belle ville.

Et a présent me voici de retour a Londres, ou je ne ressens plus jamais cette solitude. Même quand je suis seule.

Je suis chez-moi, dans ma ville d'adoption, et je suis bien.
Mais je souffre du manque de lumière. Vraiment.

(Soupir)

27/01/2011

Trêve

Cette semaine a commence avec une glaçante nouvelle
Les effectifs de ma division vont être réduit de façon drastique, encore.

Je ne sais pas en quoi cette nouvelle va m'affecter mais en tout cas, a cette annonce, mes collegues n'en menaient pas large.
Du coup le cadre m'a fichue une paix royale. Plus de passage comme par fait exprès près de mon bureau  et de semblant de discussion avec mes collegues. 

J'ai pu me concentrer sur mon travail, et ces temps-ci, je suis debordee. J'ai du mal a rester a flot. J'espere que ce n'est que temporaire, car j'ai une vie sociale a entretenir moi!

Et en parlant de vie sociale, elle se reveille, lentement mais surement. C'est facile, a Londres.
Une ville remplie de personnes intéressantes, droles, curieuses.
En même temps j'en ai marre de la vie en ville. Mais ça, c'est une autre histoire.. 

21/01/2011

Partir tres loin

Au college j'étais tout le temps amoureuse.
De trois ou quatre garcons en meme temps. C'etaient des sentiments qui me dépassaient completement. Il me suffisait de les voir, et je me perdais dans une tourmente qui paralysait mes sens.

Je n'aurais jamais imaginé etre un jour le receptacle de ces sentiments.
Et de la part d'un superieur hiérarchique en plus.
En meme temps, il s'applique a me destabiliser professionellement.
Commer hier, au cours d'un meeting.
Une torture.

Et puis aujourd'hui comme tous les vendredi, il était dans la salle de reunion adjacente a mon open plan, pour chanter (mal) avec deux de ses collegues a la pause déjeuner.
Alors qu'ils étaient sur le point de sortir, je me suis vite levée pour aller au toilettes.
J'ai attendu longtemps assise sur la cuvette.
Et quand je suis revenue heureusement, ils étaient partis.

Je prends tout cela bien trop a coeur parce que je suis fatiguée de mon quotidien.
De la ville, du bruit, du ciel bas.
J'ai envie d'un grand voyage pour revoir ces amis que j'avais rencontre a Barcelone. Et qui sont maintenant au Mexique, en Argentine, en Colombie.
Cette année, peut-etre.

14/01/2011

Sérénité

Cette semaine j'ai reussi a éviter le Cadre pendant toute la semaine.
Il doit bien se rendre compte que je ne vais plus a la cuisine de son étage pour préparer  mon thé au jasmin.
Mais la perspective de le croiser n'est simplement pas envisageable.
Je préfere boire de l'eau.

J'ai aussi compris pourquoi je n'étais pas tres bien ces derniers temps.
De cotoyer jour apres jour mes collegues mariés avec de jeune enfants, avec leur éternel sourire béat sur le visage m'a pertubée.
Inconsciement j'ai cru que c'est cela que je devais vouloir.
Et puis cette semaine j'ai realise qu'en realite je n'ai rien a devoir vouloir.
Si je n'en ai pas envie.

Et maintenant ca va mieux.

Sinon, je fais beaucoup d'effort pour raviver ma vie sociale apres des mois a ne cotoyer personne.
Ce soir je vais acheter de nouveaux rollers avec un ami, et apres on ira boire un verre.

Mardi prochain je vais voir Hamlet au National Theatre.
Mercredi j'ai mon cours de Pole Fitness.
Jeudi je vais retrouver une amie pour une discussion autour d'un verre.
Vendredi je vais certainement aller tester un nouveau DJ set avec un ami.

Il y a bien longtemps que je n'avais été aussi active. Et ca me fait du bien.